Biographie

RENÉE MARTEL – BIOGRAPHIE

Rares sont les artistes qui présentent une feuille de route aussi impressionnante que Renée Martel.

Totalisant près de 65 ans de carrière et riche d’un parcours exceptionnel, elle a depuis longtemps marqué l’histoire de la musique québécoise d’une empreinte indélébile avec un répertoire qui conjugue à la fois modernité et respect des traditions.

Née à Drummondville, elle se familiarise dès son enfance avec l’univers de la musique country, ainsi que de celui de la télévision et des studios d’enregistrement. Elle a à peine six ans lorsqu’elle monte pour la première fois sur scène pour chanter et danser. Son père, le chanteur Marcel Martel, l’invite régulièrement à son émission hebdomadaire à la station CHLT-TV de Sherbrooke, en plus de l’amener en tournée à travers le Québec.

Sa mère, Noëlla Therrien, chanteuse bien connue de la scène country, l’encourage également à développer son talent pour le chant. Encore adolescente, elle grave quelques reprises de chansons populaires et, en 1966, elle commence à présenter des spectacles avec ses propres musiciens sous le nom de Renée & The Silverboys. L’été suivant, elle fait partie de l’équipe des disques DSP dont les artistes-vedettes, Les Sultans, Éric, Claire Lepage ou les Aristos ont le vent dans les voiles. La vague « Yé-Yé » est alors à son plus fort.

En 1968, Renée Martel est déjà une professionnelle lorsqu’elle connaît son premier succès sur disque avec la chanson Liverpool. Celui-ci est notamment suivi de Je vais à Londres et Johnny Angel. Devenue l’une des vedettes les plus adulées, elle remporte le titre de la Découverte féminine de 1968.

Qu’elle choisisse parmi les succès au goût du jour tel Nos jeux d’enfants, Le bateau du bonheur, Prends ma main ou qu’elle reprenne des chansons des années précédentes en interprétant Le temps du muguet et Embrasse-moi (Be My Baby des Ronettes), le public est au rendez-vous. Ce retour dans le temps, qui s’opère naturellement entre l’artiste et le public, la rapproche bientôt de la chanson country qui a baigné son enfance.

Dès ses premiers succès elle se distingue en écrivant elle-même les paroles françaises de plusieurs de ses chansons. C’est donc avec ses mots qu’elle impose coup sur coup deux succès de facture purement country au printemps et à l’automne 1972, Un amour qui ne veut pas mourir et Si on pouvait recommencer, l’adaptation du succès Just One Time du légendaire Don Gibson.

Ces succès lui permettent alors de faire le pont entre la musique pop et country, une démarche qui s’intensifie encore plus en 1975 avec la chanson Cowgirl dorée, version du succès Rhinestone Cowboy de Glen Campbell et dont Robert Charlebois signe les paroles. Un nouveau numéro UN et un classique de la chanson country voit ainsi le jour.

En 1977 et 1978, elle co-anime l’émission de musique country Patrick et Renée, en compagnie de Patrick Norman, sur les ondes de CFTM et du réseau TVA. Au cours de la même période, elle continue de s’affirmer en tant qu’ambassadrice de la musique country en occupant les sommets des palmarès avec des succès tels que J’ai besoin de ton amour, Tu n’es plus là, Darling et Quand va-t-on m’aimer qu’elle interprète en duo avec Michèle Richard. Ceux-ci seront suivis en 1980 de l’enregistrement d’un album hommage à Connie Francis et à Brenda Lee.

En 1983, son album C’est mon histoire marque sa première collaboration avec les disques Star et lui vaut le trophée Félix de l’Album country de l’année. Celui-ci comprend aussi le futur hymne des fans de musique country au Québec. Cette chanson, Nous on aime la musique country, réunit pour une rare fois les voix de la populaire interprète et celles de ses parents.

Au début des années 90, après une pause de plus de six ans au cours de laquelle elle a vécu au Maroc en raison du travail de son époux, elle effectue un retour en force avec l’album intitulé Authentique, lequel est composé de chansons originales. Celui-ci connaît un grand succès et confirme que l’amour que lui porte le grand public ne s’est jamais démenti malgré ces quelques années hors de la scène musicale.

De 1994 à 1997 elle renoue avec l’animation alors qu’elle est à la tête de Country Centre-ville, une nouvelle émission diffusée à la télévision de Radio-Canada et enregistrée à Moncton. Elle y accueille alors l’ensemble des artistes du monde country francophone.

En 1998 elle présente un album consacré aux réalisations des pionniers de la musique country du Québec. L’album, simplement intitulé Country, est suivi d’un nouveau spectacle qu’elle conçoit en hommage à Paul Brunelle, Willie Lamothe et Marcel Martel. Ce dernier est emporté par la maladie en 1999. Pour faire son deuil, Renée Martel lui dédie alors un album, À mon père, qui obtient un immense succès.

Frappée au cours de la même période par des problèmes de santé, elle croit alors que cet album sera son adieu à la vie artistique mais, ironiquement, il deviendra le premier de sa longue discographie à être certifié Or, atteignant des ventes de plus de 50 000 exemplaires.

Parallèlement à ses réalisations sur la scène musicale, au printemps 2002 elle publie une autobiographie avec la collaboration de son fils Dominique Chapados sous le titre Ma vie, je t’aime. Elle y raconte son cheminement personnel, sa carrière professionnelle s’échelonnant sur cinq décennies, et l’incidence de l’un et de l’autre.

En mars 2007, alors qu’elle travaille en collaboration avec l’impresario Pierre Gravel, elle effectue un important retour sur scène dans le cadre d’une tournée au Québec et au Canada francophone, une tournée acclamée par le public et la critique.

Fort de cette réussite sur scène, Pierre Gravel souhaite maintenant concrétiser le retour de l’artiste sur disque. Martin Leclerc, collaborateur de longue date de Pierre Gravel International, lui propose alors de s’associer en co-production avec la maison de disques Musicor. Cette association donnera en 2008 un résultat saisissant, soit l’album L’héritage, lequel est composé de quatorze chansons originales. Cet album se veut aussi le résultat de précieuses rencontres artistiques qui ont mené entre autres à la collaboration de deux grands de la chanson d’ici. D’abord celle de Richard Desjardins, qui lui a écrit une chanson, À un cœur de cristal, et qui l’interprète avec elle, puis celle de Robert Charlebois, Un jour j’te raconterai, avec lequel elle chante également en duo. L’événement est d’autant plus important qu’il s’agit du premier album de l’artiste composé entièrement de chansons originales depuis 1992.

Devant le succès de ce nouvel album, René Martel repart en tournée pendant plus de deux ans avec le spectacle L’héritage, ce qui lui permettra de donner plus de 150 spectacles au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick. Lors du Gala de l’ADISQ 2009, elle remporte le Félix de l’Album de l’année – Country et celui du Spectacle de l’année - Interprète.

En 2010, la SPACQ (Société Professionnel des Auteurs et Compositeurs du Québec) lui décerne le Prix Lucille-Dumont pour souligner l’ensemble de sa carrière.

À l’automne 2011, elle entre à nouveau en studio, cette fois pour l’enregistrement de Une femme libre, qui est lancé en janvier 2012. Richard Séguin, Mario Peluso, Paul Daraîche, Lynda Lemay, Daniel Lavoie et de nombreux autres collaborateurs participent à la création de cet album réalisé par Marc Pérusse. Lors du Gala de l’ADISQ 2012, elle remporte le Félix de l’Album de l’année – Country en plus de recevoir le prestigieux Félix Hommage pour saluer sa remarquable carrière. Quelques mois plus tôt, le Festival d’été de Québec lui avait décerné le prix Miroir de la Renommée, également pour souligner sa carrière d’exception sur six décennies.

2014 est une année charnière qui débute avec la sortie du disque La fille de son père, qui rend hommage à son illustre père Marcel Martel. Ce disque, son 19e album original en carrière, regroupe 14 chansons dont un titre original écrit par Renée Martel et Nelson Minville. On y retrouve aussi deux chansons interprétées en duo : Hello Central, avec Maxime Landry, et Sois fidèle et sincère, avec Georges Hamel.

Cet album confirme une fois de plus la volonté de l’artiste de garder vivant le répertoire traditionnel de la musique country d’ici, dont notamment celui de son père, avec lequel elle a grandi « Je ne veux pas que les gens l’oublient. C’est mon héritage et celui que je veux transmettre à mes enfants, à mes petits-enfants, ainsi qu’aux nouvelles générations. Il y a plus que jamais chez moi un désir de transmission, une forme de legs aux nouvelles générations sensibles à la musique que je propose et cet album le reflète bien. »

La sortie de cet album est suivie d’une importante tournée de plus de 30 villes au Québec.

Au mois de juillet 2014 elle est à nouveau honorée quand Postes Canada procède à l’émission d’un timbre-poste à son effigie. Cette initiative vise à mettre en valeur des personnalités dont le nom évoque la réussite, le progrès et la culture.

Dans la foulée de cette année exceptionnelle, et afin de répondre à la demande du public, elle propose enfin sur CD la réédition de deux albums originaux parus coup sur coup au début des années 80, soit Renée Martel chante Connie Francis et Brenda Lee (1980), et Un coin du ciel (1981) et relance avec de nouveaux arrangements Authentique (1992) et Les grandes chansons (1993).

On constate, à l’écoute de ces albums, dans quelle mesure au cours de sa carrière elle a offert un nombre fabuleux de grands succès qui sont, depuis, bien ancrés dans notre histoire musicale.

En 2015 elle franchi une nouvelle étape de carrière avec le spectacle Les années bonheur. Cet événement musical réuni pour la première fois sur une même scène celle que l’on considère la reine du country aux côtés de Chantal Pary et Michel Louvain. La tournée du populaire trio, qui a lieu au printemps, est couronnée de succès.

Parallèlement à cette tournée, on procède au lancement d’un album hommage consacré à son œuvre. Intitulé C’est mon histoire, celui-ci regroupe 16 des plus belles voix féminines d’ici, lesquelles interprètent des versions personnalisées de 14 de ses grands succès.

En 2016, afin de marquer leur 40 ans d’amitié, Renée Martel et Patrick Norman unissent leurs voix sur disque et livrent l’album Nous, lequel, est salué avec enthousiasme par la critique. Ces retrouvailles musicales sur disque sont aussitôt suivies d’une tournée des plus grandes villes du Québec.

À l’automne 2017, elle présentera un nouvel album composé de chansons originales et entamera une tournée pan québécoise dès le printemps 2018.

Alors qu’elle s’apprête à célébrer ses 65 ans carrière, Renée Martel demeure au sommet dans le cœur du public québécois. Elle est un monument incontournable de la chanson d’ici.

Avec des millions de disques vendus, un Félix Hommage à l’ADISQ et l’émission par Postes Canada d’un timbre à son effigie, personne ne lui conteste son titre de « Reine du country » québécois. Au fil des décennies, sa popularité constante, son élégance et son grand talent d’interprète ont assurément ennobli cette musique qui a longtemps été marginalisée.

Parce que, pour elle, la musique country constitue depuis toujours, au-delà d’une passion, rien de moins qu’un art de vivre.